LA TENDANCE "KLEENEX"


Autrement dit, gaver le consommateur comme une oie avant Noël.

La tendance Kleenex qu’est-ce-que c’est ?

Non, non, ce n’est pas à prendre au second degré et elle se nomme bien ainsi.

On en a besoin maintenant, vite, vite, vite, on se presse, on court, puis on l’a, puis on l’utilise, puis on le jette.

Un mouchoir ?

Et bien non, un vêtement !

Vous vous demandez encore et toujours pourquoi le t-shirt que vous venez d’acheter n’atteindra jamais

une espérance de vie supérieure à 3 semaines (et encore, on est plutôt gentil !).

En fait, entre la boutique et votre penderie, il vous arrive même de vous poser cette unique question à l’arrivée :

« Euh ! pourquoi j’ai acheté ce truc, moi ?"

Je vais s’en doute vous aider à répondre à cette question, c’est pas tout rose, mais dorénavant on réfléchit.

Tout d’abord, je ne vais rien vous apprendre en vous disant que nous sommes dans une société ou tout le monde veut tout et tout de suite. Il est très difficile d’attendre, ne serait-ce que quelques semaines, avant de vous acheter une veste sur laquelle vous avez flashé. Même si vous savez qu’il y aura surement des promotions sur ce vêtement d’ici 2 à 3 semaines.

Alors non, vous n’êtes pas cinglé et encore moins un éternel insatisfait.

Mais ce qui est amusant, c’est que l’on veut vous faire croire cela et que ça marche.

POURQUOI et surtout, COMMENT ?

Pour parler vêtement, il y a plusieurs années maintenant, les collections étaient très réparties : en réalité, il y avait 4 collections par an et par 1 voir 2 stylistes.

Aujourd’hui, pour vous donner un ordre d’idée, Zara tourne à 1 collection par semaine.

On appelle ce fonctionnement la "fast-fashion".

Le principe : il faut qu’il s’écoule un laps de temps minime entre la confection du vêtement et sa boutique, pour ne pas dire votre armoire.

La qualité est en dent de scie, on ne parle pas spécialement de création, puisque même si les marques de mass-market suscitent votre intérêt, essayez de regarder les défilés haute couture récemment sortis (vu dans l’article des bureaux de style aux tendances).

On y retrouvera, bien sûr, quelques légères modifications des vêtements inspirés de la haute couture.

Mais, si on additionne tous nos achats de mass-market en 1 mois, penseriez-vous ne pas pouvoir vous offrir une veste Max Mara ou un perfecto Sandro ???qui lui, ne finira certainement pas, au fond du placard.

200 euros d’un coup, ça fait mal, surtout pour une veste, mais 25 euros par semaine, je vous rassure, ça fait doublement peine au coeur, quand on voit que l’on en profite qu’une, voire deux semaines.


100JANE 

Bénéficiez de 10% sur votre 1ère commande et suivez l'actualité de la marque !